Chanson Nègre
Nègre dan malor

O. de B.

[Onésime de Bouchel]

le 29 juillet 1876, Le Meschacébé.


Com yé cokins, yé qui fai nou la dgère;
Zamin, zamin mo té pas capab croi,
Can yé mété pié en haut nou la terre,
Yé fai tou moune misère avé yé loi!
Yé té di nou: “Nou vini camarades,
Pou fai libe tou vou zotes Zafricains, ,
Et soignin zote can zote tonmbé malades.”
     Bon Djié, com yé cokins!

Ein ote di moin: “Si to sive nou, Konpère,
Nou fai to libe, ta manzé viande cochou.”
Can mo tendé yé parol si sincère,
Mo quitté vite mo vie zabitachion;
Mo sapé don côté yé dan la paline,
Mo té croi monen tou com yé pibliquins,
Mo boi tafia, oui, passé youen fontaine.
    Bon Djié, com yé cokins!

Landmin matin, yé don mouen ein lévite,
Sac en haut do, ziberne ipi mousquet;
Yé montré mouen fai com so[at] tou souite,
Mo tchombe mouen tou drète com ein piquet.
Mouen, pové critchen qui conain yene travaille,
Mo caché vite en bas ta zarcokins;
Mo pa sonchié couri dan la bataille.
    Bon Djié, com yé cokins!

Ki ça mo fai, yé pran mouen dan Fordosse,
Boner fini, mo tombé dan malor;
Ein vié solda bimin mouen com ein rosse,
Et dan prizon mo zamin onâ dyior.
Quitté mouen don couri côté mo maite,
Cé mvor là de tou zote Mérikins;
Yé mété mouen dan fort, ki touzou prête.
    Bon Djié, com yé cokins!

Chiel qué la vie! Touzou roulé birouette,
Zaurin posé, ziche ein pé dan droumi;
Pou mo manzé, yé don mouen ein cou d’fouette,
La vian pouri, di pain noi, plin froumi.
Main mouen, zamis, ki pitô fé di cane,
Mo quitté vite tou yé manzor rékins,
Mo galopé, mo sapé dan cabane.
    Bon Djié, com yé cokins!

 

Retour à la bibliothèque Tintamarre