Valentine

Le Meschacébé, le 16 fév. 1878


Dipi mo vouèr toué, Adèle,
Apé dansé Calinda,
Mo resté pou toué fidèle,
Liberté à moin caba
Mo pa souci d’aut’négresses,
Mo pa gagnin tcheur pou yo ;
Yo gagnin bocou finesses,
Yo sembé serpent congo.

Mo l’aimé toué tro, ma belle,
Mo pa capab’ résisté;
Tcheur à moin tou comm’ saut’relle,
Li fai né qu’apé sauté.
Mo jamin contré gnoun femme
Qui gagnin bell’ taill’ comm’ toué ;
Zié à toué jité la flamme,
Corps à toué enchéné moué.

To té comm’ serpent sonnette
Qui connin charmé zozo,
Qui gagnin bouche à li prette
Pou servi comm’ gnoun tombo.
Mo jamin vouèr gnoun’ négresse
Qui connin marché comm’ toué,
Qui gagnin gnoun si bell’ gesse ;
Corps à toué, cé gnoun’ poupé.

Quand mo pa vouèr toué Adèle,
Mo senti m’apé mouri ;
Mo vini comm’ gnoun’ chandelle
Qui apé allé fini ;
Mo pa vouèr rien sur la terre
Qui capab’ moin fai plaisi ;
Mo capab’ dan la rivière
Jité moin pou pa souffri.

Di moin si to gagnin n’homme,
Mo va fai ounga pou li :
Mo fai li tourné fantôme,
Si to vlé moin pou mari,
Mo pa vlé vouèr toué boudeuse ;
L’aut’ femm’ pou moin, cé fatras ;
Mo va renn’ toué bien heireuse,
Mo va baill’ toué bel madras.

 

Retour à la bibliothèque Tintamarre