La Mort et l’Amour

Albert Delpit
Le Meschacébé, le 9 sept. 1876

Après avoir fini le monde,
Voyant l’homme souffrir, un jour
Dieu fut pris de pitié profonde:
Il créa la Mort et l’Amour.

“Allez, consolez les misères,
Soyez remède à tous les maux,
Dit-il. J’ai fait de vous deux frères:
L’Amour et la mort sont jumeaux!”

Et marchant l’un auprès de l’autre,
Ils allèrent en liberté,
Accomplissant l’œuvre d’apôtre,
Qu’espérait d’eux l’humanité.

Pour guérir le monde où nous sommes,
Faisant leur éternel chemin,
Ils allaient à travers les hommes,
Tenant leurs carquois à la main,

D’où les flèches sortaient sans cesse,
Ne frappant jamais au hasard:
Donnant l’Amour à la jeunesse,
Apportant la mort au vieillard.

Or, par un soir d’été superbe,
Se sentant fatigués tous deux,
Séduits par la fraîcheur de l’herbe,
Qui montait vivace autour d’eux,

Bercés par la brise qui pleure
Le front tourné vers l’Orient,
L’Amour et la Mort pour une heure,
S’endormirent en souriant.

Le temps passait. La lune blanche
Eclairait leurs traits radieux.
Un chêne avait courbé sa branche,
Pour en couvrir les jeunes dieux;

Et leurs carquois, dans l’herbe sombre,
Semblaient plus lumineux encore;
Comme des vers luisants sans nombre,
Y scintillaient les flèches d’or.

Tout à coup, dans cette nuit pleine
De parfums âcres et charmeurs,
Un lion rugit dans la plaine,
A quelques pas des deux dormeurs.

Ils s’éveillent troublés, et vite
Ramuant leurs carquois, ils vont
S’apprêter à prendre la fuite
Dans les sentiers du bois profond...

Mais l’effroi les tient, leur main tremble,
Les armes tombent de leurs doigts,
Voilà que se mêlent ensemble
Les flèches d’or des deux carquois.

Comment pouvoir les reconnaître?
Elles se ressemblaient si bien,
Qu’en les regardant, chaque maître
Ne sut pas distinguer son bien;

Lors faisant chaque part égale,
Ils les partagèrent entre eux...
—C’était donc une loi fatale
Que l’homme ne fût pas heureux.

Car, depuis, notre vie est faite
Selon les caprices du sort,
Et les flèches que l’Amour jette,
Hélas! donnent souvent la Mort!

 

Retour à la Bibliothèque Tintamarre