Distribution Septennale
de la vie de l’homme

Stephen Bernard
Shreveport, LA

Renaissance Louisianaise
26 juillet 1867: 13


Les sept premiers printemps…cette aube de la vie
D’une faible clarté d’innocence est suivie;
Mais l’homme à quatorze ans, dans son cœur virginal,
Du feu des passions sent déjà le signal:
A sa majorité, vingt-et-un ans le même;
Mais ce n’est qu’à vingt-huit que sa force est certaine:
Jusqu’à trente-cinq, le feu de l’âge heureux
Pétille et se consume en désirs furieux:
Quand vient quarante-deux, cet âge à l’œil limpide,
Que la sagesse éclaire et que l’intérêt guide;
Et puis quarante-neuf, qui doublant son ardeur,
Et de crainte et d’espoir fait palpiter son cœur:
Mais à cinquante-six, froide raison commence,
Pesant passé, futur, dans la même balance;
Puis vient soixante-trois, qui détend les ressorts
De son esprit malingre et de son faible corps…
L’homme, à soixante-dix, jette un œil sur la route;
De fatigue, il s’arrête: il tremble, il pense, il doute…
Et voudrait qu’un bon ange, en lui tendant la main,
Vint l’aider, sur le champ, à sortir du chemin!…


 

 

Retour à la bibliothèque Tintamarre